Appels D'offres

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D’INTERET, Services d’un Consultant individuel chargé de coordonner le PMCR

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D’INTERET

N° 001/AMI/PMCR/2019

Date début : le 30 septembre 2019

Date limite : le 14 octobre 2019

Clients : Le Ministère de l’Agriculture représenté par le Projet de Mobilité et de Connectivité Rurales (PMCR)

Titre : « Services d’un Consultant individuel chargé de coordonner le PMCR ».

  1. CONTEXTE
  2. Le projet de mobilité et de connectivité rurales vise essentiellement la réduction de la pauvreté, l’augmentation de la sécurité alimentaire et l’amélioration des conditions de vie des populations rurales par la mise en place d’un réseau fonctionnel d’infrastructures rurales de transport, durable et respectueux de l’environnement concourant à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et le Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) de la Guinée.

Le PMCR est une suite logique des deux projets nationaux d’infrastructures rurales (PNIR), le premier de 1991 à 1996, le deuxième de 2004 à 2013 financés sur les ressources de l’IDA qui se sont exécutés à la satisfaction de toutes les parties.

L’insuffisance d’infrastructures de base, notamment les routes rurales, constitue – entre autres – des contraintes permanentes au processus de développement rural. Les problèmes d’enclavement de la grande majorité des zones de production et les coûts élevés de transports avec les gros moyens de transport limitent les services et les bénéfices que peuvent en tirer les populations rurales, réduisent l’écoulement de la production agricole aux marchés internes potentiels et à l’exportation qui accentuent la corvée du transport sur la tête surtout au niveau des femmes. Sauf exception, l’ensemble des centres administratifs et des centres commerciaux ne sont pas tous reliés entre eux et les zones isolées ne sont pas accessibles durant la moitié de l’année. Egalement les vastes et riches potentialités agricoles notamment les terres aménageables sont difficiles d’accès.

La vie quotidienne des membres de la communauté rurale guinéenne est fortement déterminée par la qualité et la quantité de service de transport en zone rurale. De nombreux ménages doivent chercher l’eau et le bois loin de leur village. Les agriculteurs doivent transporter leurs matières premières et leurs produits agricoles, les travailleurs doivent se rendre à leur travail. Les articles produits ailleurs doivent être apportés au village, les excédents doivent être transportés ailleurs. Les écoliers doivent pouvoir aller à l’école et rentrer à leur maison. Les malades doivent pouvoir se rendre dans un centre de soins ou le personnel soignant doit pouvoir se rendre chez les malades.

La faiblesse des multiples facilités au niveau du monde rural constitue un lourd handicap pour le développement de l’agriculture et accroît la pauvreté de la population.

L’Etat doit pouvoir encourager la production agricole et faire en sorte que l’économie rurale puisse s’intégrer dans l’économie nationale qui dépend dans une large mesure à la levée d’un certain nombre de contraintes qui sont d’ordre institutionnel et physique notamment le renforcement de la décentralisation en mettant les populations rurales et leurs élus entièrement au centre de leur développement. Les questions foncières qui sont d’extrême acuité à certains endroits doivent être réglées de même que la fourniture d’intrants et assurer un minimum d’infrastructures de production ce qui permettrait d’amorcer une véritable politique de développement agricole pour une autosuffisance alimentaire.

La nouvelle politique de développement agricole, dans sa vision de la dynamique de l’économie rurale, se fixe plusieurs objectifs dont – entre autres – créer un réseau de base des infrastructures économiques permettant de répondre directement les besoins des populations rurales.

Il s’agit de :

–    mettre en place un réseau durable de pistes rurales pour fournir un accès minimum en toute saison aux Communes Rurales (C R) et les liaisons des centres commerciaux aux principales zones de production et les zones de pauvreté.

–    mettre en place des actions durables dans le cadre des infrastructures de transport permettant la création de la richesse.

Le programme proposé sera réalisé en cinq ans (2019 – 2023 ) pour un coût de 40.000.000 USD de l’IDA (dont 30.000.000 USD pour les travaux et 10.000.000 USD pour les aspects institutionnels et la gestion du projet) et mis en œuvre, dans un premier temps, en Basse Guinée et en Moyenne Guinée notamment dans les préfectures de Coyah, Dubréka, Boké, Dalaba, Pita et Labé. Ainsi les objectifs physiques et institutionnels dans la zone du projet seront fixés progressivement avec des mesures d’accompagnement pour le renforcement institutionnel des secteurs publics et privés à tous les niveaux de planification et d’exécution.

Le programme permettra de :

1-  d’établir, d’affiner et de renforcer les méthodes participatives pour l’identification, la planification, l’exécution et l’entretien des pistes,

2-  de créer un cadre légal durable  des infrastructures de transport.

Ces actions vont s’inscrire dans les objectifs annuels fixés et en tenant compte des leçons apprises et des recommandations tirées des années précédentes.

Le Projet, comme énoncé plus haut, vise à contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Pour obtenir des résultats, il apportera les bénéfices suivants :

  • L’amélioration de l’accessibilité physique des zones de production agricole et des domaines d’élevage
  • L’amélioration de l’accessibilité de la population rurale notamment les femmes et les enfants aux marchés et aux services de base (éducation, santé etc.)
  • L’amélioration de la sécurité alimentaire et sanitaire par la réduction du temps de transport
  • La création de l’emploi en tenant compte de l’aspect genre dans les zones couvertes
  • Le développement et la consolidation des PME de travaux et de Bureau d’Etudes de Contrôle et de surveillance.

Les composantes du projet sont :

–    Composante 1 : Réhabilitations routes rurales (et petites installations communautaires) la réhabilitation des routes rurales concerne les zones de production agricole et des domaines d’élevage

–    Composante 2 : renforcement des capacités pour l’entretien et la sécurité routière.

–    Composante 3 : Gestion du Projet

  1. OBJECTIF DE LA MISSION :

Le Coordonnateur du Projet est, conformément aux termes de l’accord de financement du projet cosignés entre la banque mondiale et le gouvernement de Guinée, la personne qui au plan technique, administratif et fiduciaire, représente le gouvernement dans le financement, l’exécution et la mise en œuvre des activités du projet.  Il est responsable devant le gouvernement, la banque mondiale, les parties prenantes et bénéficiaires du projet. Le Coordonnateur du Projet travaillera sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture en collaboration avec le Ministère des Travaux Publics et sera sous l’autorité technique du Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture.

  • Le PMCR invite les candidats admissibles à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. Les Consultant intéressés doivent fournir les informations démontrant qu’ils possèdent les qualifications requises et une expérience pertinente pour l’exécution des services.
  1. Pour mener à bien cette activité, le consultant devra répondre aux qualifications et expériences suivantes :
  • Être titulaire d’au moins un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) ; ou BAC + 5 dans les domaines du Génie Rural, du Génie civil, ou des Travaux Publics
  • Disposer d’au moins quinze (15) années d’expérience professionnelle, y compris  dix (10) ans d’expérience spécifique dans la gestion, la coordination, et la mise en œuvre de projets d’infrastructures rurales.;
  • Avoir travaillé en qualité de Coordonnateur pour au moins un (1) projet similaire au cours des cinq (5) dernières années, financé par les partenaires techniques et financiers.
  • Avoir une bonne connaissance des procédures de la Banque mondiale ;
  • Leadership prouvé, compétences interpersonnelles et capacité de développer et de motiver des équipes diversifiées et talentueuses
  • Expérience confirmée dans le développement et le maintien de liens institutionnels
  • Excellentes capacités organisationnelles, de planification et d’analyse ; souci du détail
  • Avoir des capacités d’animation et de relation avec les différents acteurs et partenaires du projet,
  • Disposer de Capacités de vision stratégique, d’organisation et de leadership ; travail en équipe,

Expérience pratique de la gestion/mise en œuvre de projets dans le contexte prévu,

  • Disposer d’une capacité managériale avérée, permettant de créer la synergie nécessaire à la mise en œuvre globale du Projet, à travers les interventions de toutes les parties prenantes ;
  • Avoir une bonne capacité de rédaction

IV.) Un consultant sera sélectionné suivant le règlement des passations des marches  défini pour les Emprunteurs de la Banque mondiale édition Juillet 2017, révisée en novembre 2017 et aout 2017 pour le recrutement du consultant individuel.

V.) Le dossier de candidature doit comprendre les éléments suivants :

  • Un Curriculum vitae détaillé, daté et signé avec adresse électronique ;
  • Les références des activités similaires exécutées pour le compte du gouvernement et d’un projet de développement / ONG ;
  • Les copies certifiées conformes des diplômes et attestations de bonne exécution ou de service fait.

Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires au sujet des documents de référence aux adresses mentionnées ci-dessous du lundi au jeudi  de 9 heures à 16 heures GMT et  vendredi de 9 heures à 13 heures GMT.

Les manifestations d’intérêt doivent être déposées en personne par courrier à l’adresse ci-dessous au plus

tard le 14 octobre 2019 à 16 h 30 mn, adressée à Madame le Ministre de l’Agriculture et portant la mention « Recrutement d’un Consultant Individuel Coordonnateur du PMCR » 

Bureau de Stratégie et Développement (BSD), Ministère de l’Agriculture, Almamya Kaloum BP : 576 Tél : 625 65 68 79 / 622 44 41 62 – Email : fatimkaba@gmail.com  –

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 28 =